Mirages

Miserus, Incubus, Angels, Dreams...
 
PortailPortail  AccueilAccueil  GalerieGalerie  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ville Bretonne. Lokorn (Locronan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Meuriad-Breizh
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 188
Age : 36
Localisation : Vro Breizh
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: Ville Bretonne. Lokorn (Locronan)   Mar 7 Oct - 17:16

Locronan est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, France. Son nom en breton est Lokorn.

Son nom signifie « le lieu (de l'ermitage) de saint Ronan ». Les archives anciennes appellent parfois Locronan, Saint-René-du-Bois.

L'important patrimoine architectural de Locronan, préservé très précocement, a permis au village d'être membre du réseau des Petites Cités de Caractère. Locronan est aussi aujourd'hui gratifié du label des plus beaux villages de France, décerné par une association indépendante visant à promouvoir les atouts touristiques de petites communes françaises riches d'un patrimoine de qualité.

Le lieu-dit Plas Ar Horn, au sommet de la « Montagne » du Prieuré, à laquelle est adossé Locronan, offre un splendide panorama de la plaine du Porzay, du Ménez-Hom et de la Baie de Douarnenez dans son ensemble.


Son histoire


Locronan est un petit bourg élevé au rang de ville en 1505 par Anne de Bretagne, venue en pèlerinage.

Dès le XVe siècle, le chanvre fleurit à peu près partout dans la région de Locronan. De cette production naît une industrie de la toile à voile qui va faire prospérer la petite cité. La renommée des toiles issues de la manufacture de Locronan va vite traverser les frontières et même les océans. Elles équipent les navires de la Royale et de la Compagnie des Indes, mais les commandes proviennent aussi des marines étrangères. La toile à voile de Locronan aurait ainsi équipé l'Invincible Armada espagnole et Shakespeare la cite même dans Coriolan (acte II, scène I).

C’est à cette époque de prospérité qu'appartiennent la plupart des richesses architecturales que constituent les demeures en granit de la place de l'Église et des rues avoisinantes et, naturellement, l’église Saint-Ronan et la petite chapelle du Penity attenante à celle-ci et abritant le gisant du saint (respectivement des XVe et XVIe siècles).

La place, dotée en son centre d’un puits, prend toute sa dimension chaque deuxième dimanche de juillet lors des Troménies mais encore plus toutes les six années lors de la Grande Troménie (la dernière a eu lieu en 2007, la prochaine en 2013).

Bien que le rituel contemporain de la troménie soit éminemment catholique, son circuit aurait des racines celtiques, si l'on suit l'hypothèse du chercheur Donatien Laurent ; d’ailleurs la forêt de Nevet conserve la trace toponymique d'un nemeton, espace sacré dans lequel les druides officiaient.

La tradition hagiographique du haut Moyen Âge nous apprend que la région a été christianisée au Ve siècle par saint Ronan, ermite irlandais. La tradition orale contemporaine veut que saint Ronan parcourait chaque jour en pénitence le circuit de la petite troménie, et chaque dimanche celui de la grande. La ville de Locronan conserve à jamais la trace de son passage puisque nous la nommons désormais Locronan, le locus (l'espace) de Ronan.

Des celtisants ont associé la procession estivale de la grande troménie à sa consœur irlandaise du Croagh Patrick, qui se déroule chaque premier août, c'est-à-dire à la fête celtique de Lugnasad ; saint Ronan pourrait être un avatar du dieu Lug.


Les anecdotes


Locronan propose de bonnes soirées arrosées chez Jos ou Ostaliri ti Jos, bar hautement fréquenté par la population locale et notamment les jeudi soirs où des musiciens des alentours (de 6 à une vingtaine!) viennent faire des « jams », ou « bœufs » impromptus autour de thèmes traditionnels celtiques.

Locronan offre également la particularité d'avoir la totalité de ses fils électriques enterrés depuis le tournage de Tess par Roman Polanski en 1979. La remarquable homogénéité des constructions dans la partie classée du village en fait un lieu de tournage idéal, notamment de films historiques. Tess est d'ailleurs nommé aux Césars 1980 dans la catégorie « meilleurs décors » (réalisés par Pierre Guffroy). Pour n'en citer que quelques-uns : Pêcheurs d'Islande, Tess, Chouans!, Un long dimanche de fiançailles, etc


La Troménie


Locronan est célèbre pour sa Grande Troménie, une procession se déroulant autour des limites d'un ancien espace sacral tous les six ans. La dernière grande Troménie a eu lieu en juillet 2007 et la prochaine aura lieu en 2013. A cette occasion une cérémonie religieuse est organisée avant le départ de la procession vers 14 heures. Sur un parcours de 12 km, les pèlerins suivent un cortège formé par les bannières des communes environnantes portées tout au long du trajet par les habitants revêtant pour l'occasion le costume traditionnel breton.

Entre deux Grandes Troménies se déroule annuellement la Petite Troménie, le 2e dimanche de juillet (en 2008, le 13 juillet)



Au fond, l'eglise St Ronan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://myspace.com/meuriad_breizh
 
Ville Bretonne. Lokorn (Locronan)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La légende bretonne de la ville YS
» Kinshasa est AVANT DERNIERE ville la moins sûre
» Un justicier dans la ville, le remake
» Avis , ville de Mathieu: restauration peinture d'art (...?)
» [REQUETE] Soft pour recherche les contact par code postal, ville...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mirages :: Pandore :: Mythes et légendes-
Sauter vers: